Commander en avant-première « La médecine chinoise – Pour découvrir et comprendre facilement cette médecine de l’avenir »

Qu’est-ce que la pharmacopée chinoise ?

Par Patrick Ledrappier

Patrick Ledrappier dans une des plus importantes officines de pharmacopée chinoise à Bejing en 2014

La pharmacopée chinoise est sans aucun doute le trésor le plus précieux qui nous ait été légué par dame nature !

       Sans doute depuis la nuit des temps, il aura fallu un travail obstiné de milliers de chercheurs, de médecins et de pharmaciens, afin d’étudier les 5 000 ingrédients que composent la si puissante pharmacopée chinoise dont on trouve des traces d’ingrédient dans des tombeaux qui datent de plus de 200 ans av. J.-C.

         L’ouvrage de pharmacopée chinoise le plus connu à ce jour, et qui serait également le plus traduit dans le monde, s’appelle le Shanghanlun (Traité des atteintes du froid).

         Il a été écrit entre les ans 196 et 220 de notre ère et il aurait été trouvé plus de 900 textes de commentateurs de l’ouvrage.

         En Chine, depuis le VII° siècle, il fait partie des ouvrages dont l’étude est obligatoire pour se présenter aux examens qui sanctionnent les études de médecine chinoise.

      Avant la découverte d’autres textes de médecine et de pharmacopée chinoise dans les tombeaux de Mawangdui près de Changsha, entre 1972 et 1974, dont le manuscrit intitulé les « Cinquante-deux recettes » qui daterait du III° siècle av. J.-C., le Shanghanlun passait pour être le plus ancien recueil de formules de pharmacopée chinoise.

La pharmacopée chinoise repose sur des ingrédients naturels : végétaux minéraux, extraits animaux et parfois humains, qu’elle a étudiés dans les moindres détails « énergétiques ».

          Cette étude des ingrédients n’a rien à voir avec ce que nous connaissons, nous Occidentaux, car depuis la fin du XIXe siècle, notre pharmacologie repose sur la chimie et l’étude des végétaux sur la génétique. Ce phénomène a été organisé essentiellement par John Davison Rockefeller (1839-1937) à travers sa fondation qui exerce, encore aujourd’hui, une mainmise sur les sciences médicales, via les centres de recherches qu’elle finance ou l’actionnariat des grands groupes chimiques, pharmaceutiques et agroalimentaires.

           La pharmacopée chinoise a choisi une autre voie. Elle a préféré étudier les effets « énergétiques » des ingrédients qu’elle utilise pour soigner.

          Cette voie est celle des énergies universelles qui parcourent tout ce qui compose l’univers et que l’on retrouve, avec une intensité différente, chez les êtres humains, dans les végétaux, les minéraux et les extraits animaux qui servent d’ingrédients aux milliers de formules de la pharmacopée chinoise.

       Ces énergies sont issues du mouvement perpétuel du Qi, qu’il faut comprendre comme étant, dans notre corps ou dans la nature, le fruit des interactions des forces universelles, essentiellement la force gravitationnelle et la force électromagnétique.

           Ces interactions des forces universelles sont vraisemblablement à l’origine du cycle infini de transformation de la matière en énergie et de l’énergie en matière.

En médecine chinoise, la maladie apparaît lorsqu’il y a dysharmonie du Qi et déséquilibre du Yin-Yang dans le corps.

           Il faut comprendre que dans notre corps, le Qi représente la somme des interactions des forces fondamentales universelles : force faible, force forte, force électromagnétique et force gravitationnelle.

         Lorsque l’équilibre de ces forces est rompu, pour une raison ou pour une autre, le Qi, et son mouvement Yin-Yang ne sont plus harmonisés, on dit alors qu’il y a un déséquilibre Yin-Yang. C’est cette dysharmonie du Qi qui altère certaines fonctions de nos Organes-Entrailles ou de nos substances vitales, ce qui génère l’apparition des maladies.

Heureusement, il est possible de mettre le Qi de la nature au service de notre santé.

         En cas de maladie ou de douleurs, la pharmacopée chinoise, grâce au Qi et aux énergies Yin-Yang des ingrédients, permet de rétablir l’équilibre énergétique de nos Organes-Entrailles ou de nos substances vitales.

          Les énergies des ingrédients de la pharmacopée chinoise sont classifiées en Nature et en Saveur. Elles interviennent en fonction de leur Nature sur le Yin ou le Yang de notre être, sur le Froid ou le Chaud.

          Plus subtilement, en fonction de leur Saveur, elles agissent sur le Qi des Organes ou des substances.

          Contrairement aux ingrédients de la pharmacopée occidentale qui ont été conçus par des chimistes jouant avec des molécules, ceux de la pharmacopée chinoise ont été mis au point par dame nature, la même qui a conçu l’homme (pour la médecine et pharmacopée chinoises, il n’y a pas de dieu créateur de l’univers et des hommes).

       Son laboratoire n’est pas une éprouvette ou le corps d’un animal malade attaché à des pinces dans une cage grillagée. La pharmacopée chinoise a préféré s’intéresser au vivant, s’enrichissant au contact des êtres humains dans leur milieu naturel.

Nous avons plus de 2 000 ans de recul dans l’étude des effets de la pharmacopée chinoise.

 

            Plus de 2 000 années de pratique sur des milliards d’individus à travers le monde. Que peut-on apporter de plus solide comme preuve scientifique de son efficacité ?

           Ce passé est une richesse unique qui nous permet d’avoir une parfaite connaissance des effets thérapeutiques et de l’éventuelle toxicité des ingrédients de la pharmacopée chinoise. On connaît parfaitement bien, la posologie l’association de différents ingrédients au sein d’une formule qui est nécessaire à la guérison.

Le divin laboureur. 

          Shennong (2820 à 2798 av. J.-C.), surnommé dans la mythologie chinoise le divin laboureur, est l’empereur légendaire à qui l’on devrait la pharmacopée chinoise. Le Huainanzi, un texte composé de 24 chapitres qui date du IIe siècle av. J.-C. raconte sa légende.

            La légende retient qu’il serait l’auteur du Shennong bencaojing (Herbier classique de Shennong), livre qui date du 1er siècle av. J.-C. et qui « catégorise » les ingrédients utilisés par la pharmacopée.

             Aujourd’hui encore, les ingrédients de la pharmacopée chinoise peuvent être répartis selon les trois catégories organisées par Shennong.

             La première des catégories est celle des remèdes supérieurs. Il s’agit des plantes « royales » qui accroissent la vitalité et ne représentent aucun danger d’utilisation.

             Viennent ensuite les remèdes intermédiaires et les remèdes inférieurs.

Il est intéressant de noter que les médicaments les moins toxiques (les remèdes « supérieurs » de Shennong) sont les plus recommandés de la pharmacopée chinoise car leur action thérapeutique est la plus subtile.

            Si jusqu’au XXe siècle, la pharmacopée chinoise utilisait des végétaux, des minéraux, des extraits animaux et humains, ces deux dernières catégories d’ingrédients tendent à disparaître des prescriptions.

            Même le recours aux minéraux est moins fréquent. Ainsi les principaux ingrédients de cette formidable pharmacopée naturelle sont aujourd’hui essentiellement d’origine végétale.

            Chaque ingrédient est utilisé pour ses différentes qualités qui sont soit intrinsèques, soit obtenues grâce à un mode de préparation spécifique.

L’action des formules de pharmacopée repose sur l’équilibre des forces et des énergies qui nous anime et qu’il faut rétablir en cas de maladie.

          Avec la pharmacopée, on cherche à rééquilibrer ou à réharmoniser le Yin-Yang lorsque cet équilibre énergétique est rompu dans notre être, ce qui inclut notre corps, mais également notre esprit.

           Pour cela, les ingrédients naturels, qui sont préparés pour être des médicaments, nous apportent leur propre force et leur propre énergie.

Article L-122-4 du code de la propriété intellectuelle

« Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Formulaire de contact

Pour toutes vos questions et demandes de

renseignements veuillez nous contacter via

ce formulaire de contact

Afin d’être en conformité avec les règles internationales sur le consentement, nous vous serions reconnaissant de bien vouloir vous inscrire avant de continuer votre visite sur notre site.